Menu

Actualités


Pierre Corvol, élu président de l'Académie des Sciences



Pierre Corvol, élu président de l'Académie des Sciences

Professeur émérite au Collège de France et administrateur honoraire du Collège de France, Pierre Corvol est notamment connu pour ses travaux dans le domaine des régulations endocriniennes de la pression artérielle et de l'hypertension. Il a été élu, le 14 décembre dernier, président de l'Académie des Sciences pour une durée de deux ans.

 

Il prendra ses fonctions le 1er janvier 2019.

A l'occasion des 20 ans de l'ISPED, le professeur Corvol avait honoré l'institut de sa présence, et animé une conférence intitulée : "Confiance, doute et scepticisme en science".

Lire le communiqué de presse de l'Académie des Sciences :
http://www.academie-sciences.fr/fr/Communiques-de-presse/pierre-corvol-elu-president-patrick-flandrin-elu-vice-president.html

Position de la direction de l'ISPED au sujet de l'augmentation des droits d'inscription aux diplômes nationaux pour les étudiants internationaux extra-communautaires.




La direction de l'ISPED souhaite s'adresser à l'ensemble de sa communauté au sujet de l'annonce faite par le Premier Ministre le 21 novembre dernier, et destinée à être mise en application dès la rentrée 2019, après avoir alerté le président de l'université de Bordeaux.

Cette annonce brutale pénalisera l'attractivité de la France, en particulier vis à vis des étudiants de l'espace francophone (Maghreb et Afrique sub-saharienne), et en général des pays à faible revenu. La notoriété de l’enseignement et de la recherche de la communauté de santé publique bordelaise est largement reconnue, mais les coûts compétitifs d'inscription à l'université de Bordeaux sont également un facteur clef d'attractivité pour le master de santé publique de l'ISPED.

Une concertation est actuellement organisée au sein de l'université de Bordeaux et un moratoire est demandé à l'échelon national par la conférence des présidents d'université (consulter le communiqué de presse de la CPU, daté du 10 décembre 2018).

L'ISPED mettra toute son énergie en œuvre pour que, si cette mesure n'était pas annulée, des bourses d'exonération puissent être largement proposées pour les étudiants originaires des pays à faible revenu. Dans tous les cas, l'ISPED partagera avec sa communauté, et en particulier les futurs étudiants en Master, les informations sur ce sujet au fur et à mesure que la direction en aura connaissance.

Nous restons à votre écoute.


DESC - Option 3 "Réseaux de Cancérologie" - du 29/11 au 01/12 2018, à l'ISPED


Les modules 19 et 20 "Réseaux de santé, organisation et réseaux de cancérologie" du DESC de Cancérologie auront lieu les 29-30 novembre et 1er décembre 2018 à l'ISPED

Cet enseignement théorique correspond à la synthèse des modules 19 et 20 « Réseaux de santé, Organisation et réseaux de cancérologie » obligatoire dans le cadre de l’option 3 du DESC de Cancérologie (BO du 1er mars 2007). Il est largement ouvert en tant que module optionnel à tous les inscrits aux autres options du DESC de Cancérologie ainsi qu’aux DES d’Oncologie et d’Hématologie.


Renseignements et suivi des inscriptions :

Dorothée Quincy
Direction de la Recherche
CRLCC Institut Bergonié
229 cours de l’Argonne 33076 Bordeaux cedex
Tel 05 56 33 33 69 / fax 05 56 33 04 58
E-mail : d.quincy@bordeaux.unicancer.fr

Consulter le programme


Retour sur le Séminaire des nouveaux arrivants 2018


Le 23 novembre, l'ISPED et le centre Inserm BPH accueillaient officiellement leurs nouveaux arrivants, au cours d'un séminaire extraordinaire. Ce fut l'occasion pour 8 d'entre eux, de présenter leurs domaines d'expertises, ainsi que leurs travaux d'enseignements et de recherche.

Bienvenue à Camille Ouvrard, Valerie Briand, Mélanie Plazy, François Alla, Linda Cambon, Pierre Joly, Antoine Barbieri et David-Alexandre Tregouet !

Pour redécouvrir leurs interventions en vidéo, rendez-vous sur notre page Youtube !


Séminaire des nouveaux arrivants, 23 nov. - Amphi Louis


L'ISPED, le BPH et le pôle de Santé publique du CHU de Bordeaux organisent le séminaire des nouveaux arrivants, qui réunit 8 nouveaux titulaires qui ont rejoint la communauté de santé publique bordelaise depuis un an.

Le 23 novembre, de 10h30 à 12h30, chacun disposera de 15 minutes pour présenter ses travaux et domaines d'expertise.

Programme et affiche à télécharger ici.

 


Soutenance de thèse de santé publique de Justine BRIAUX : 18 décembre 2018


Bonjour,

Nous avons le plaisir de vous annoncer la soutenance de thèse de santé publique de Justine BRIAUX qui aura lieu le 18 décembre 2018 à 14:30 dans la salle Module 2.2 bât CROUS 2ème étage.

Le sujet de la thèse est le suivant et son résumé détaillé à la fin de ce message :
Evaluation de processus et impact nutritionnel d’un programme de transferts monétaires ciblant les femmes enceintes et les enfants de moins de deux ans en milieu rural au Togo : Analyse d’un essai contrôlé randomisé en clusters.

Cette thèse s’est déroulée en co-direction entre notre équipe et l’UMR IRD Nutripass de Montpellier. Justine a passé l’essentiel de ces dernières années sur le terrain au Togo et à Montpellier, mais vous avez tous eu le plaisir de la rencontrer lors des temps de travail effectués à Bordeaux et nous sommes sûr que vous apprécierez la présentation de ses résultats originaux et en lien avec les autres activités de notre équipe.

Au plaisir donc de vous retrouver à cette soutenance.

Amicalement,
Renaud Becquet (IDLIC) & Mathilde Savy (IRD Nutripass)

-----------------

Justification et objectifs
En 2014, le gouvernement du Togo a mis en place dans le nord du pays un programme pilote de transferts monétaires (TM) qui consistait à distribuer 8,40 USD/mois aux femmes pendant la période des « 1000 jours » (de la conception jusqu’aux deux ans de l’enfant), combiné à des activités de communication pour le changement de comportement (CCC). Nous avons mené une évaluation de processus et d’impact afin de savoir si ce programme pouvait améliorer la croissance des enfants, et en vue de documenter ses mécanismes d’action.

Méthodologie
Le schéma d’évaluation reposait sur une approche mixte, combinant méthodes quantitatives et qualitatives. L’impact a été évalué par un essai contrôlé randomisé en grappes, dans lequel 162 villages ont été aléatoirement alloués à un groupe intervention (TM + CCC) ou à un groupe contrôle (CCC). Dans chaque village, des échantillons représentatifs de couples mère-enfant (âgés de 6-29 mois) ont été enquêtés avant intervention (baseline, n=2658) et deux ans plus tard (endline, n=2031). La méthode de la double différence a été utilisée pour déterminer l’impact en intention-de-traiter sur les indicateurs primaires suivants : croissance linéaire (indice taille-pour-âge, HAZ), retard de croissance (HAZ<-2 écart-type) et petit poids de naissance (poids de naissance<2500g) ; ainsi que sur des indicateurs secondaires : sécurité alimentaire du ménage, alimentation, santé et accès aux soins de la mère et de l’enfant, hygiène, connaissances et autonomie des mères. Le fonctionnement du programme ainsi que son appropriation et utilisation par les bénéficiaires ont été évalués à l’aide de 189 entretiens semi-directifs et 30 focus group menés auprès des acteurs du programme, des femmes bénéficiaires et non-bénéficiaires. Des observations non participantes (n=40) des activités du programme ont également été menées. Une analyse thématique a été réalisée.

Résultats
Le programme a connu d’importants problèmes de mise en oeuvre, en raison de son caractère multisectoriel et de la complexité institutionnelle qui en découlait. Malgré cela, le programme a eu un impact positif sur la croissance des jeunes enfants, sur le retard de croissance et sur la prévalence du petit poids de naissance. L’impact sur le HAZ passait principalement par une diminution de la proportion des petits poids de naissance, ainsi que par deux voies d’impact : la voie « alimentation » (via la sécurité alimentaire du ménage et la consommation de produits d’origine animale par l’enfant) et la voie « santé » (via l’accès aux soins pré et postnatal et hygiène maternelle). Les femmes déclaraient utiliser le TM en faveur de l’enfant, grâce à une forte mobilisation et pression de la communauté. Elles étaient satisfaites de l’intervention qui leur permettait d’acquérir des connaissances puis de les mettre en pratique grâce au TM. Des effets inattendus négatifs ont été soulevés, tels que l’encouragement des naissances et la falsification des actes de naissance.

Conclusions
Cette étude témoigne du potentiel des programmes de TM ciblant les « 1000 jours » pour lutter contre la malnutrition et ses causes sous-jacentes. Elle a également identifié certains mécanismes d’action permettant d’orienter les interventions futures.

Accès aux Séminaires de l'ISPED

Contact

Communication - Relation presse
Marine Guinle

Tel : 05 57 57 14 69
Envoyer un mail